Wattwiller compte 3 châteaux dits d'agrément.
Ces propriétés privées, sont des lieux de résidence et ne se visitent pas
mais sont visibles de l'extérieur.

Château de Gohr

11 rue de la 1ère Armée, 68700 Wattwiller,

Patrimoine classé à l'inventaire général du patrimoine culturel.

Situé en contrebas de l'église, sur l'emplacement d'une ancienne cour franche (Freihof), ce fut la résidence de la famille de Gohr, héritière de la famille de Wattwiller. Il se présentait avant la guerre 1914-18 comme une vaste bâtisse à deux étages sur une cave surélevée et sans grande ornementation architecturale. Ayant souffert des bombardements de 1915, il fut reconstruit dans un style néo-classique par l'architecte Jean Gilodi, qui édifia également le château Hagenbach. Il sert toujours de lieu de résidence.
 
Architecture : C'est un grand édifice en équerre, comptant un étage carré et un étage de combles à surcroît et à grandes lucarnes passantes à fronton. Les encadrements de fenêtres du rez de chaussée, sur le passage entre le mur de clôture et la demeure sont en grès rouge, les autres en ciment. Le style général se veut gothique. La décoration consiste en écus aveugles, en quelques pierres à bossage de grès rouge disposées sur les façades, et en une corniche composée d'une frise d'arceaux en relief. L'escalier se situe dans l'angle rentrant ; il présente une porte sculptée. Au rez-de-chaussée de l'aile est, à l'angle sud, deux arcs en plein cintre sont rapportés, rescapés de l'ancien château. L'un d'eux porte la date 1505. Le logement de domestiques est bâti contre le mur de clôture est, en équerre, à un étage en faux pan de bois, doté d'un escalier extérieur.

Histoire : La date de 1505 portée sur une voûte (rapportée) donne une date de reconstruction de l'édifice. Une tourelle d'escalier à trois pans en occupait l'angle rentrant. Cet édifice se situait directement sur la rue, et était doté d'une aile ouest qui bordait l'église et le cimetière. Bombardé en 1915, il est reconstruit de 1926 à 1931 sur les plans de l'architecte Gilodi qui s'inspire d'un modèle " Pays de la Loire ". L'architecte reprend quelques parties anciennes, mais diminue considérablement l'assiette de l'édifice qui offre désormais un plan en équerre. D'abord aux Breitenlandenberg, il passa aux barons de Gohr, puis aux comtes Jouffroy d'Abbans, aux barons de Reinach et aux comtes d'Abboville. Les dépendances qui encadraient la cour ont été ruinées en 1915, sans être reconstruites.

Château Hagenbach dit « Château jaune »

Rue des Châtaigners, 68700 Wattwiller

L'actuel bâtiment que les villageois appellent « château jaune » fut construit par le baron de Reinach en 1928 sur la colline du Weckenberg. Il se trouve à peu de distance de l'ancien château médiéval dont il ne reste rien.  Ayant appartenu aux nobles de Wattwiller jusqu'au XVIe siècle, puis à la famille de Hagenbach jusqu'à sa destruction durant la guerre de Trente Ans.

Détruit pendant la première guerre 1914-18, il a été reconstruit en 1924 par l'architecte Gilodi.
Vaste logis surplombant Wattwiller, le château est bâti sur un plan rectangulaire, assorti de plusieurs avants-corps, une tour d'entrée au sud ouest, une tourelle d'angle à l'est, un bow window au nord-est et une terrasse au sud-est, les façades sont agrémentées de balcons munis de garde-corps en fer forgé.

Le style est éclectique : tour d'entrée d'inspiration médiévale, lucarnes, chambranles, moulures en ciment. Le soubassement présente un appareil de grès rouge à bossage. La toiture à croupes brisées comporte d'imposantes lucarnes.

Insolite : le parc du château abrite 2 lamas que l’on peut apercevoir en empruntant le sentier « difficile » longeant le parc.

Château Baudry dit « La Colonie »

Rue des Châtaigners, 68700 Wattwiller,

Ce château a été construit dans les années 1930 par les architectes Schulé et Doll pour l'industriel alsacien du textile, Baudry. En 1956 la propriété est acquise par l'entreprise Pont-à-Mousson qui la transforme en colonie de vacances.
 
Le château est constitué de plusieurs corps organisés autour d'une tour massive ronde.

A l'ouest, une aile de plan allongé, à l'est un corps de plan rectangulaire assorti de plusieurs avants-corps. L'ensemble est d'inspiration néo-régionale (aile Est en pan de bois sur rez-de-chaussée en maçonnerie) et néo-renaissance (tour centrale, pierres à bossage).

Le château est aujourd'hui divisé en plusieurs logements privés.