Oratoires, calvaires et croix jalonnent les routes des villages.
Ce sont les témoins de la foi simple et solide de nos ancêtres.

Calvaire rue du Général de Gaulle
Croix "Ablass", Croix de chemin N

(Rue du Général de Gaulle, face au complexe Krafft)

Sculpture de François-Joseph Barta de Rouffach (1861). Ce sculpteur doit son surnom « le Grand Barta » à l'œuvre prodigieuse qu'il a laissé derrière lui.
Cette croix datant de 1861 se dresse sur un petit espace vert.
Son socle, entouré d'une grille, porte des ornementations sculptées, une plaque représentant en relief les instruments du supplice de la crucifixion, ainsi que l'inscription de la prière qui s'accompagne d'une indulgence (= Ablass).
Un traitement des surfaces effectué en 2007 lui a rendu son aspect d'origine.

Croix du curé Koch

(Angle de la rue du Général de Gaulle et de la rue d’Uffholtz /Mehlawag)

Cette belle croix tréflée fut érigée en 1696 par le curé Jacques KOCH (1663-1715) originaire de Villmergen en Suisse.
Comme l’indiquent le millésime et les initiales gravées sous le « blason parlant » du curé (marmite et cuiller à pot en alsacien « Kochhafà » et « Kochleffel ») rappelant à la fois le nom du curé et son penchant pour la bonne chère. Cette inscription (I.1696.K.) n’est plus visible à l’œil nu mais certaines photos anciennes la font apparaître.
En 1705, ce vénérable vieillard, d’une droiture et d’une piété inégalée se montrait souvent excessif dans ses prêches et on lui reprochait, en outre, d’arriver régulièrement en retard à la messe, « après la dernière sonnerie des cloches… » (source : Denis INGOLD, écrivain et historien décédé en 2012).

Croix du curé Koch.jpg

Croix du Hagenbach, Croix de chemin A

(Haut rue des Châtaigners)

Cette croix, portant la date de 1885, surplombe le village. Elle se trouve à l'entrée du chemin qui mène au château du même nom, en direction du Weckenberg.

Croix du Hagenbach.jpg
Calvaire rue d'Uffholtz
Croix de Gohr, Croix de chemin D

(Rue d’Uffholtz/Mehlawag)

Cette croix érigée en 1694 porte l’inscription : « Leopold de Gohr – Jésus, fils de David, aie pitié de moi ». Le chevalier Leopold Elie de Gohr (1653 - 1721) était au service du duc de Bavière. Il était le fils du bailli de Wattwiller, issu de la maison de Brandebourg, et l’héritier des nobles de Wattwiller.
Socle de 1694, croix et corpus de la 1ère moitié 20e siècle

Croix de chemin O

(Angle rue de Bollwiller et rue de Guebwiller)
Sculpture de Berger et Rudloff d’Ingersheim (Christ en croix) 2ème moitié 20e siècle

DSC_0467.jpg
Croix de chemin

(Angle rue de Staffelfelden et piste cyclable, lieudit Placette impériale)
Sculpture de Berger et Rudloff d’Ingersheim (Christ en croix) 2ème moitié 20e siècle

Croix Placette Impériale.JPG
Calvaire Dürrenberg.jpg
Calvaire du Dürrenberg

Sur la petite place du Dürrenberg, en haut du village, tout près de la zone de captage des eaux minérales, se dresse un calvaire dont l'origine remonte à 1861. Par suite des destructions, il a été reconstruit en 1933, puis rénové par traitement des surfaces en 2008, dans le cadre d'un plan quinquennal de rénovation de tous les calvaires du ban communal.
À quelques mètres du calvaire, le Club Vosgien a installé un beau panneau-portique fournissant des informations à l'intention des randonneurs et des touristes.

Calvaire de Thierenbach

(Angle rue de la Cantine et rue de Thierenbach)
Appelée ainsi en raison de son emplacement dans le haut du village à l'endroit où la rue de Thierenbach mène au chemin des Pèlerins. Ces deux voies se confondent également avec l'itinéraire du chemin de St Jacques de Compostelle qui longe le piedmont des Vosges dans sa partie alsacienne.
D'après les inscriptions, la restauration de cette croix et des deux statues attenantes fut offerte en 1924 par un donateur anonyme en remplacement d'un calvaire endommagé par les bombardements de 1914-18.


Calvaire de Thierenbach.jpg
Statue K1.jpg
Oratoire L.jpg
Oratoire M.jpg
Statue K, chemin de Thierenbach

Vierge de Lourdes en fonte par L . Crasne (Meuse) socle en pierre par André Schwalm 1889

Oratoire L, Chemin de Thierenbach

Statue de l’Immaculée Conception en bois peint (1851)

Oratoire M, Chemin de Thierenbach

Statue du Christ au Sacré-Cœur en plâtre


Procession votive de Notre-Dame de Thierenbach


Tradition encore bien ancrée à Wattwiller, cette procession a lieu annuellement. Animée par la musique municipale, le cortège traverse le village et s'engage sur le sentier séculaire des moines de Murbach, traverse la forêt pour rejoindre la basilique Notre-Dame de Thierenbach et assister à la célébration de la messe. Une halte buffet est organisée sur place par les membres du comité paroissial.

A l'origine de cette tradition, une terrible épizootie : la peste bovine qui décime le cheptel de Wattwiller en l'An 1797... Une procession collective à Notre-Dame de Thierenbach fut alors mise sur pied. Devant l'église fermée, l'assemblée récita avec ferveur les lithanies de la Vierge et fit voeu de renouveler tous les ans la procession. Dès ce jour, la peste cessa de faire des ravages et ne réapparut jamais. En témoignage de ces faits, un tableau ex-voto est installé devant la statue de Notre-Dame.

Sur le chemin de Saint-Jacques de Compostelle


L'association des amis de Saint-Jacques de Compostelle en Alsace a fait baliser, par la Fédération du Club Vosgien et grâce au concours financier du Conseil Régional d'Alsace, un itinéraire reliant Wissembourg et Belfort, avec jonction des itinéraires allemands.
Pour en savoir plus : https://saint-jacques-alsace.org/le-chemin/

Wattwiller est depuis peu doté d'un clou en bronze scellé au sol rue de Thierenbach au pied du calvaire.

Un accueil pèlerin est proposé par Angelika WETZLER et Bärbel SOBRIEL au 11 rue de Cernay.
contact : sobriel-wetzler@gmx.de 

clou St Jacques de Compostelle.JPG