Si Wattwiller est riche de son eau, elle peut aussi s’enorgueillir de zones humides,
notamment ses étangs, lieux de prédilection des pêcheurs.

Les 4 étangs de l’Elbach ont été artificiellement creusés et sont alimentés par une source. Dans le domaine privé, ils ont été aménagés et sont régulièrement entretenus par leur propriétaire qui les loue pour des activités de pêche.

Les 2 étangs situés au Lehwald sont gérés par l’Amicale des pêcheurs de Wattwiller sur un terrain mis à disposition par la commune. A la belle saison, tous les derniers dimanches du mois d’avril jusqu’au mois de septembre, l’Amicale organise autour de l’étang une journée festive avec buvette, repas « carpes frites » et la possibilité de s’adonner à la pêche.

Le saviez-vous ?
Depuis 1950, c’est près de 50 % des mares qui ont disparu en France, principalement comblées ou laissées à l’abandon ; or, une mare qui n’est pas entretenue disparaît rapidement.

Dans le cadre du programme régional d'actions en faveur des mares (PRAM), une enquête a été menée en 2017 et 2018 auprès des communes afin de localiser les différents points d’eau.

Pour en savoir plus : http://www.pram-grandest.fr

Sur le ban communal de Wattwiller, ce sont 9 mares ou étangs qui ont ainsi été inventoriées au BUFO (Association pour l’étude et la protection des amphibiens et reptiles d’Alsace).

Pour en savoir plus : http://www.bufo-alsace.org

Véritables réservoirs de biodiversité, ces étendues d’eau stagnante de faible surface et profondeur garantissent la sauvegarde de nombreuses espèces de milieux aquatiques notamment les amphibiens.
Lieux de vie et de reproduction pour la petite faune (libellules, mollusques, insectes aquatiques, amphibiens), ces petits points d’eau accueillent aussi une flore particulière (nénuphars, lentilles d’eau, joncs, roseaux, massettes, iris, renoncules…).
De plus, ces habitats remplissent de multiples fonctions (abreuvage, stockage et épuration de l’eau) et représentent également des espaces de détente et de découverte du patrimoine biologique.
Organisées en réseaux interconnectés, les mares sont des éléments constitutifs de la Trame verte et bleue.

Au printemps, débute la migration des batraciens des forêts vers les mares et autres lieux de ponte. Une période dangereuse pour des milliers de crapauds et de grenouilles.
Depuis 28 ans, le Conseil Départemental du Haut-Rhin organise chaque année une campagne de protection des batraciens.
Des dispositifs temporaires sont ainsi installés sur 24 sites pour empêcher les batraciens de traverser les routes départementales pendant la période de ponte.
Habituellement, les migrations commencent en plaine fin février pour s’achever vers le début du mois d’avril.

Sur l’ensemble des sites, des arrêtés temporaires de limitation de vitesse sont pris et les zones concernées sont signalées par des panneaux triangulaires « danger » accompagnés du panneau « batraciens ».
 A Wattwiller, ce sont des filets qui canalisent les animaux vers des seaux enterrés où les batraciens tombent avant d’être ramassés à la main pour être portés dans les plans d’eau voisins pour la ponte.
Ce ramassage est effectué par la Brigade Verte renforcée de bénévoles.